Environnement

 

Accès rapide à certains extraits de règlements sur :
Règlement uniformisé – Les animaux/nombre
Règlement sur les incendies – Feux extérieurs
Règlement de zonage – Abattage d’arbres
Règlement de zonage – Abris d’autos temporaires
Règlement de zonage – Clôtures, haies, murets et murs de soutènement
Règlement de zonage – Piscines et spas


Pour consulter l’ensemble des règlements reliés à l'environnement, rendez-vous sur dans la section réglementation.

Pour toutes questions concernant la réglementation municipale au niveau de l’environnement et de l’urbanisme, communiquez avec Mme Fatimata Gueye, inspectrice municipale, par courriel inspecteur.dudswell@hsfqc.ca ou par téléphone 819 560-8484 poste 2702.

Associations

Association protectrice du lac d’Argent (APLAD)
Responsable : M. André Godin, président
Courriel : apladdudswell@gmail.com / will.cote@hotmail.com
Site Web : https://www.sites.google.com/site/apladdudswell/home

Corporation des Riverains du Lac Miroir (CRLM)
Responsable : Mme Karine Guay
Téléphone : 819 884-1192
Courriel : equipe@lacmiroir.com
Site Web : http://lacmiroir.com

Association des riverains de la Rivière Saint-Francois (ARSF)
Responsable : M. André Choquette
Téléphone : 819 832-1653
Courriel : andchoq@hotmail.com

Zone inondables

Lors de la crue printanière et en cas de fortes pluies, plusieurs secteurs de la Municipalité sont menacés par des inondations. Ces secteurs ont été identifiés au schéma d’aménagement révisé : les secteurs situés en amont et en aval du pont de la route 255 sur la rivière Saint-François, particulièrement le secteur du chemin Pomerleau et du chemin Duplin.

 

ZONE À RISQUE D’INONDATION

Une zone à risque d’inondation est une étendue de terre susceptible d’être inondée, mais dont la cartographie n’a pas été intégrée au Règlement d’urbanisme. Sauf à l’égard de la rivière Saint-François, la cartographie de la zone à risque d’inondation a été établie en tenant compte de l’augmentation de la fréquence, de la durée et de l’intensité des précipitations qui caractérisent les changements climatiques à Dudswell. La cartographie des zones à risques d’inondation illustre le risque d’inondation en conditions de climat futur.

DÉLIMITATION DES ZONES INONDABLES

Zone inondable 0-20 ans et 20-100 ans

Les cotes de crue ou cotes d’inondation sont utilisées pour déterminer les limites de la zone inondable. Les cotes de crue de récurrence 20 ans correspondent aux limites de crues qui ont une chance sur 20 ou 5 % de chance de se produire chaque année. Les cotes de récurrence 100 ans représentent 1 chance sur 100 soit 1 % de chance de se produire chaque année.

Dans la zone inondable réglementée de récurrence 20 ans (0-20 ans), aucune construction n’est autorisée.

Dans la zone inondable réglementée de récurrence 100 ans (20-100 ans), les constructions immunisées et l’aménagement du terrain sont autorisés selon certaines conditions.

Espèces envahissantes

Berce du Caucase

La berce du Caucase est une plante envahissante qui nuit aux plantes indigènes et peut causer des lésions cutanées parfois graves. Elle est présente sur le territoire de Dudswell bien que des actions d’éradication sont effectuées chaque année.

Consultez notre documentation à ce sujet :

Documentation >

 

Comment la reconnaitre :

  • De 2 à 5 m de hauteur
  • Milieux frais et humides
  • Floraison estivale blanche en ombrelles aplaties
  • Tiges robustes avec taches rougeâtres et des poils blancs rudes
  • Rosette de grandes feuilles vertes foncées (jusqu’à 3 m) à 3 folioles irrégulières, dentelées et poilues

La sève de la berce du Caucase contient des substances toxiques qui sont activées par les rayons du soleil. L’exposition à la lumière cause une inflammation de la peau qui est entrée en contact avec sa sève. Cette inflammation se caractérise par une rougeur et une enflure de la peau, des cloques ainsi que des brûlures superficielles ou plus graves (1er ou 2e degré).

En cas d’exposition :

  • Éliminez la sève en absorbant avec un essuie-tout sans frotter;
  • Lavez au savon;
  • Rincez abondamment;
  • Changez de vêtements et lavez-les pour éviter la contamination;
  • Évitez d’exposer les zones atteintes de votre peau à la lumière pendant au moins 48 heures.

Communiquez avec Info-Santé au 811 pour plus d’information sur le traitement en cas de brûlure.

Moules zébrées

La moule zébrée est un petit mollusque bivalve d’eau douce de forme triangulaire. Sa teinte peut varier de brun pâle à brun foncé et elle est recouverte de rayures rappelant celles d’un zèbre. La taille adulte avoisine habituellement 2,5 cm au Québec. Elle se distingue facilement de nos moules d’eau douce indigènes, car ces dernières sont beaucoup plus grosses et elles ont une forme arrondie.

La moule zébrée se propage facilement. Chaque femelle adulte peut pondre de 30 000 à 1 000 000 d’œufs par année. Lors de l’éclosion, les larves, appelées véligères, se trouvent en suspension dans l’eau durant 15 à 30 jours et peuvent être facilement transportées par les courants sur de longues distances.

La moule zébrée est une espèce exotique envahissante redoutable et très prolifique qui entraîne de nombreuses répercussions écologiques, économiques et sociales. Par sa capacité à se fixer à une multitude de surfaces submergées, elle peut obstruer différents types de systèmes hydrauliques et engendrer des problèmes d’approvisionnement en eau. Elle peut aussi encrasser les embarcations et les endommager.

De plus, elle peut blesser les baigneurs à cause de ses coquilles coupantes qui s’accumulent sur les plages. Étant donné que chaque moule zébrée peut filtrer jusqu’à un litre d’eau par jour pour se nourrir, cette espèce réduit ainsi la quantité de phytoplancton et de zooplancton disponible pour certains jeunes poissons et les moules indigènes. L’action filtrante d’une grande colonie de moules zébrées augmente la transparence de l’eau et favorise le développement de plantes aquatiques à de plus grandes profondeurs. Finalement, ce mollusque est aussi un vecteur de transmission du botulisme aviaire, une maladie qui a tué des milliers d’oiseaux aquatiques.

Myriophylle à épis

Le myriophylle à épis est une plante aquatique exotique envahissante vivace. Ses tiges sont enracinées et peuvent mesurer jusqu’à six mètres. Près de la surface de l’eau, elles se ramifient, poursuivent leur croissance horizontalement et produisent des épis de fleurs émergents.  Ses feuilles sont divisées comme une plume et disposées sur la tige en verticilles, normalement en groupes de quatre. Chaque feuille est composée de 12 à 24 paires de folioles.

Le myriophylle à épis se reproduit principalement de façon végétative par la fragmentation de ses tiges, laquelle se fait naturellement de la mi-juillet jusqu’en septembre. Un petit fragment de tige peut prendre racine et former un nouveau plant. La pratique d’activités dans les herbiers par les usagers des plans d’eau peut aussi contribuer à leur fragmentation. Le courant, les embarcations et les remorques peuvent transporter les fragments de tiges vers de nouveaux plans d’eau.

Le myriophylle à épis peut former de grandes colonies denses et mono spécifiques, ce qui modifie les assemblages de phytoplancton et diminue la diversité des plantes aquatiques indigènes.

Ces colonies de plantes peuvent nuire aux activités récréatives telles que la navigation de plaisance, la pêche et la baignade. La présence de cette espèce peut aussi affecter négativement la valeur des propriétés riveraines.

Pour information ou signaler la présente d’un envahisseur :
Association Protectrice du Lac d’Argent : 819 887-6099 ou apladdudswell@gmail.com
Municipalité de Dudswell : 819 560-8484 ou municipalite.dudswell@hsfqc.ca

Comité consultatif en environnement (CCE)

Le Comité consultatif en environnement (CCE) a été constitué en octobre 2016 en vertu du Règlement no 2016-223.

Devoirs et pouvoirs du Comité
  • Assister le conseil dans la réalisation d’une politique de développement durable;
  • Faire des recommandations au conseil sur toutes questions et demandes spécifiques à l’environnement;
  • Recommander au conseil des programmes et des projets en matière d’environnement;
  • Recommander au conseil des modifications aux règlements municipaux touchant à l’environnement;
  • Recommander au conseil des démarches, des outils et des événements de promotion et de sensibilisation en regard aux programmes ou de tout autre sujet pertinent sur la protection de l’environnement.

Le Comité est composé d’un maximum de 9 membres votants :

  • 2 membres du conseil municipal
  • 3 membres citoyens, dont 1 membre de la jeunesse âgé de 20 ans et moins
  • 1 représentant de la Corporation de protection du lac Miroir (CPLM)
  • 1 représentant de l’Association protectrice du lac d’Argent (APLAD)
  • 1 représentant de l’usine Graymont
  • 1 représentant de l’Association des riverains de la Rivière Saint-François (ARSF).

Le maire peut d’office assister aux réunions du comité et prendre part aux discussions, mais n’a pas le droit de vote.

Constitution actuelle du CCE
  • Marjolaine Larocque (Conseillère), coprésidente
  • Isabelle Bibeau (Conseillère), coprésidente
  • Claude Roy (ARSF)
  • Florent Mercier (CRLM)
  • Manon Fleury (Citoyenne)
  • Jordane Dion (Citoyenne)
  • Steve Carrier (APLAD)
  • Rock Coté (APLAD)
  • Kevin Houle (Graymont)
  • Isabelle Brodeur (ARSF)

 

L’inspectrice municipale, Fatimata Gueye, agit à titre de secrétaire du CCE.